QUESTIONNAIRE BIOGRAPHE

écrit par Arlette Dambron.

Quelle est votre formation ?

J’ai suivi une formation en réalisation cinéma au Québec. J’ai aussi une formation de journaliste monteur cameraman.

Quel est l'objectif de votre entreprise ?

Je suis parti du constat que le bonheur vient avant tout de notre choix de vie. Pour approfondir cette quête, j’ai voulu rencontrer des personnalités aux parcours atypiques, chacun ayant contribué à apporter une pièce à la connaissance, au progrès, ou tout simplement à la joie de vivre.

Comme notre équipe est jeune, pour inspirer les jeunes talents et leur donner confiance dans leur trajectoire, nous avons décidé de leur raconter des histoires de vie remarquables à travers les films de Racine Solaire, que nous diffusons ensuite sur notre site et sur You Tube. https://www.youtube.com/channel/UCPF9jnGnLqg3GKMOLdpFacg

 

Comment choisissez-vous vos "personnages" ?

Je fonctionne à l’intuitif. Mes « héros » ont un point commun : une trajectoire de vie originale, une énergie et une grande créativité. Ils appartiennent à des mondes et des domaines opposés, des artistes, des sportifs, des entrepreneurs. Ils ont une envie commune : faire passer un message d’optimisme à la jeune génération.

 

Pouvez-vous me donner quelques exemples ?

J’ai eu la chance de rencontrer de « vrais » personnages. Avec une certaine notoriété, les reportages se sont enchaînés. Voici quelques noms : Jacques Séguéla (le self made man de la Pub) ? Pierre Hazki (fondateur de Rue89), Colette Maze (pianiste centenaire), Hubert Reeves (Nous sommes des poussières d’étoiles), etc… Roger Dambron (l’inventeur du portrait-robot), votre Papa ! https://www.youtube.com/watch?v=5NuPd2dVCng&t=20s

 

 

Quelles sont les qualités indispensables pour être réalisateur biographe comme vous ?

Il faut avant tout être curieux de tout, ouvrir les yeux sur tout ce qui est différent, vouloir apprendre de tous.

J’instaure d’abord une relation de confiance. C’est indispensable pour que ces personnages se confient à moi, et qu’ils aient l’assurance que mon but n’est pas de souligner quelques faiblesses, mais bien de mettre en lumière leur originalité, leurs exploits ou actions remarquables.

Il faut surtout une grande capacité de concentration et d’écoute.

 

Lorsque vous le sujet est une personne très âgée, l’interrogez-vous de la même façon qu’une personne en pleine possession de ses moyens ?

Non, il y a des contraintes supplémentaires. Même si je suis très jeune, je suis sensible à la tragédie de perdre peu à peu ses capacités intellectuelles et physiques. Surtout lorsque j’ai étudié auparavant  le passé flamboyant du « héros » de mon reportage, et que je le rencontre, aujourd’hui affaibli  et sans défense. Cela me touche sincèrement. Alors je redouble de patience, même si l’élocution est difficile.

 

À combien estimez-vous le temps passé entre la première rencontre et la mise en ligne de la vidéo sur votre site ?

Cela dépend, car je conduis plusieurs reportages en même temps. Cela est fonction de mes rencontres, les contacts établis…  Il faut alors que je jongle entre les projets. Il peut s’écouler quelques semaines, voire six mois avant que la vidéo ne soit finalisée.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now